Archives par étiquette : cartographie du web

« L’EMI en partage » : texte, support et cartographies en ligne

Comme annoncé lors du 10ème Congrès de la FADBEN, « Enseigner – apprendre l’information-documentation : Approches didactiques et démarches pédagogiques pour développer la culture de l’information des élèves », qui s’est tenu à Limoges les 9-10-11 octobre, voici la publication du support de notre communication, ainsi que de notre matériau de recherche.
Mise à jour du 26 octobre : Le texte intégral est  également désormais en ligne sur ArchiveSic.

Pour résumer notre intervention : « L’EMI en partage : essai de cartographie des acteurs » :

A qui appartient l’EMI ? Depuis son inscription dans la Loi de Refondation de l’Ecole en juillet 2013, l’Education aux Médias et à l’Information a donné lieu à des publications, des définitions, des prises de positions, des approches différentes de plusieurs types d’acteurs. Ces divers acteurs (organismes officiels, institutions, associations professionnelles, chercheurs, formateurs, militants…), chacun porteur d’une certaine légitimité, s’inscrivent dans des stratégies, des réseaux, des relations multiples, parfois en convergence, parfois en divergence, voire en opposition. Et au fur et à mesure de son institutionnalisation (notamment avec sa récente inscription officielle dans les nouveaux programmes du collège), il est probable que l’EMI deviendra un objet croissant de controverses, mais aussi un nouvel « acteur-réseau » du monde éducatif, c’est-à-dire, selon le sens donné par Bruno Latour à ce concept, un réseau hétérogène d’acteurs et d’actants, devenu lui-même un acteur global, redessinant autour de lui de nouvelles configurations, de nouveaux réseaux, de nouvelles alliances.

A partir d’une étude inspirée de l’approche de “l’acteur-réseau” (Latour-Callon), notre recherche a tenté d’apporter quelques éclairages sur l’EMI, appréhendée ici comme un ensemble d’acteurs et d’actants mobilisés autour d’une thématique commune. Cette approche, fondée, entre autres, sur le principe de “neutralité de l’observateur”, consiste à enregistrer, observer et décrire, si possible dans les mêmes termes, la liste, forcément hétérogène, des acteurs humains et “non-humains” (organisations, textes, dispositifs socio-techniques …) et le réseau de leurs relations.

Pour cartographier les acteurs de ce domaine en émergence, nous avons suivi une démarche marquée par les étapes suivantes :
– la collecte et la constitution d’un corpus de ressources sur le web ;
– l’affinement, la description, le traitement de ce corpus ;
– le paramétrage et la production des cartographies ;
– l’interprétation des résultats de celles-ci.

Trois outils ont été successivement utilisés :
– le premier est le gestionnaire de signets Diigo, pour commencer à constituer un premier noyau du corpus de sites et de ressources web ; un « Groupe » privé a été créé pour l’occasion ;
– le deuxième est un outil permettant la constitution semi-automatique de corpus et l’établissement d’une cartographie des liens entre sites ; il s’agit de Hyphe, outil développé par le MediaLab de SciencesPo, et accessible en version démo sur le web. Nous profitons de l’occasion pour remercier Mathieu Jacomy et Benjamin Ooghe-Tabanou qui nous ont apporté aide et réconfort et nous ont permis de récupérer nos données perdues, après une remise à jour du serveur ;
– et le troisième est un outil de cartographie et de visualisation, qui connaît un certain succès dans les milieux de la recherche : Gephi, outil en open source. Là aussi, nous tenons à remercier Simon Le Bayon, qui nous a apporté son aide lors de la réalisation de nos premières cartes.

Ce travail a revêtu pour nous un double intérêt :
– d’une part, par rapport aux résultats tout d’abord. Il nous a permis de cartographier un domaine en émergence sur le web, d’en saisir les acteurs, de pouvoir s’y repérer et y naviguer, avec pour postulat l’idée que l’EMI, au-delà de ses controverses, est un nouveau territoire éducatif en partage, né avant tout d’une volonté institutionnelle forte, portée par des acteurs intermédiaires et médiateurs et que certains acteurs professionnels s’approprient en contribuant au bornage dudit territoire ;
– d’autre part, par rapport à la méthodologie de recherche ensuite. Il nous a permis d’appréhender la cartographie web, nouvelle méthode de recherche en SHS qui prend appui sur deux types d’outils, l’un pour explorer le web, l’autre pour le représenter et qui comporte une dimension intrinsèquement heuristique. Les cartographies produites avec Gephi ont permis la mise en visibilité d’un réseau d’acteurs mais ouvrent aussi des pistes de recherche.

Conformément à notre engagement lors du Congès Fadben, et par adhésion aux valeurs du Libre Accès et de l’ouverture des données de recherche, nous mettons donc tous les fichiers à disposition pour que ce travail puisse être repris, examiné, critiqué et prolongé.

Vous trouverez ainsi :
le texte de la communication
le support ppt de l’intervention ;
8 fichiers PDF, accessibles à partir du support ppt ;
le fichier Excel du corpus (les 233 entités web, avec leurs qualifications) ;
le fichier GEXF du corpus (si des praticiens de Gephi veulent refaire des cartographies).

Elisabeth Schneider, Alexandre Serres, Angèle Stalder