Séminaire 2012

Séminaire du 7 septembre 2012

La translittératie en débat : regards croisés des cultures de l’information (infodoc, médias, informatique) et des disciplines

 Matinée : 10 h – 12 h 45  

  • Alexandre Serres : MCF en SIC, co-responsable de l’URFIST de Rennes, animateur du GRCDI :
    • Présentation du séminaire
    • Titre de l’intervention : « Repères sur la translittératie »
    • Résumé : Cette introduction au séminaire visera à donner des points de repère sur la notion, actuellement en vogue, de translittératie : quelles sont ses origines et par qui a-t-elle été forgée, quelle est la (ou les) définition(s) qu’on peut en donner, que recouvre-t-elle précisément et comment situer la transliteracy par rapport aux multiples literacies, quels peuvent être les enjeux théoriques et didactiques, l’intérêt et les limites d’une notion aussi transversale, notamment pour la culture de l’information ?
    • Publications récentes :
      • Serres, A. (2012), « Problématiques de la trace à l’heure du numérique ». Sens-Dessous, juin 2012
      • Serres, A. (2012), Dans le labyrinthe. Evaluer l’information sur internet. Caen : C&F éditions. 222 p.
      • Serres, A. (2012), « Un exemple de translittératie : l’évaluation de l’information ». [en ligne] In Les e-dossiers de l’audiovisuel, INA, janvier 2012, « L’éducation aux cultures de l’information ».
      • Serres, A. (2011). « Transliteracy : a trendy word or a real new perspective for information training ? ». In Seminar IVIG 2011 « New topics in information education »,  Prague, Charles University, 2011. Support disponible ici
      • Malingre, M-L., Serres, A. (2011). « Une culture informationnelle commune aux doctorants ? Le pari de Form@doct. ». In Denecker, Claire, Durand-Barthez, Manuel (coord. par). La formation des doctorants à l’information scientifique et technique. Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, 2011. p. 53-67 (coll. Papiers)
  • Pierre Fastrez : Chercheur qualifié FNRS (Fonds de la Recherche Scientifique), à l’UCL (Université Catholique de Louvain) (http://www.uclouvain.be/pierre.fastrez) :
    • Titre de l’intervention : « Translittératie et compétences médiatiques »
      • Résumé : Cet exposé partira d’une proposition de définition matricielle des compétences regroupées sous l’expression « littératie médiatique », décrites comme celles requises pour effectuer un certain nombre de tâches (lecture, écriture, navigation, organisation) sur un certain nombre d’objets médiatiques (informationnels, techniques et sociaux). Nous tenterons de monter en quoi cette proposition recouvre et se distingue du concept de translittératie, et en quoi elle offre un cadre de pensée permettant de situer, d’articuler et de faire dialoguer les différentes formes de littératie posées comme objectifs des « éducations à… » (à l’information, au numérique, aux médias).
      • Publications récentes :
        • Fastrez, P. (2012). Les compétences en littératie médiatique: une proposition de définition. Québec français, 166, sous presse.
        • Fastrez, P., & De Smedt, T. (2012). Une description matricielle des compétences en littératie médiatique. In M. Lebrun-Brossard, N. Lacelle, & J.-F. Boutin (Eds.), La littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à l’école et hors de l’école. Québec: Presses de l’Université du Québec, sous presse.
        • Fastrez, P. (2010). Quelles compétences le concept de littératie médiatique englobe-t-il? Une proposition de définition matricielle. Recherches en Communication, 33, 35–52.
  • Catherine Loisy : MCF en Psychologie (psychologie cognitive et psychologie du développement), à l’ENS (Ecole Normale Supérieure) de Lyon ; (http://eductice.inrp.fr/EducTice/equipe/membres/permanents/catherine-loisy)
    • Titre de l’intervention : « Mise en œuvre du C2i2e dans les universités autorisées. Quelle appropriation de la notion de compétence ? Quels enjeux ? »
    • Résumé : Un arrêté de décembre 2010 définit un nouveau cadre pour le C2i2e (Certificat informatique et Internet Niveau 2 Enseignant) car le contexte de son application a évolué (IUFM intégrés aux universités, mastérisation de la formation, demandes accrues de certification). Le C2i2e concerne désormais un public élargi. De plus, l’arrêté impose le dossier numérique de compétences et introduit l’autorisation à délivrer le certificat pour les établissements.
      Pour l’année 2011-2012, plus de soixante universités ont obtenu cette autorisation. Elles sont entrées dans une phase d’opérationnalisation des dispositifs de formation et de certification qu’elles avaient formalisés dans leur demande d’autorisation. Dans ce contexte, la MINES (Mission pour le numérique dans l’enseignement supérieur) finance une étude sur la mise en œuvre du C2i2e dans les universités autorisées.
      Le C2i2e a été créé pour répondre à une préoccupation des ministères d’impulser une dynamique dans le développement des technologies numériques en milieu scolaire. L’étude de la mise en œuvre du C2i2e dans les universités autorisées offre une nouvelle occasion de regarder les usages des technologies numériques dans la formation des enseignants, notamment du point de vue des enjeux technologiques et managériaux. Elle permet également d’interroger comment les universités s’approprient un référentiel de compétences : modèles de la compétence sous-jacents aux dispositifs et tensions entre les logiques à l’œuvre, régulation des processus versus appréciation de performance.
    • Publications récentes :
      • Loisy, C., Bessières, D., Bénech, P., Fontanieu, V., Villiot-Leclercq, E. (2012 ; communication réalisée par D. Bessières, actes soumis). Étude de la mise en place de la C2i2e dans la formation professionnelle des enseignants dans les universités françaises. Colloque scientifique international portant sur les TIC en éducation : bilan, enjeux actuels et perspectives futures. Montréal, 3-4 mai 2012.
      • Loisy, C. (2012). Variété dans l’évaluation de compétences transversales. 24° Colloque de l’ADMEE – Europe « L’évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel ». Luxembourg, 11-13 janvier 2012.
      • Assude, T., Bessières, D., Combrouze, D. & Loisy, C. (2010). Représentations, formations et certifications : quelles genèses d’usages des technologies numériques ? STICEF, Vol. 17, 15 pages.
      • Loisy, C., Mailles-Viard Metz, S. & Bénech, P. (2010). Scénarios pour l’identité numérique et la construction de l’orientation. In M. Sidir, E. Bruillard & G.-L. Baron, Acteurs et Objets Communicants. Vers une éducation orientée objets ? Lyon : INRP, p. 224-236.
      • Loisy, C. (2009). Environnements numériques en classe et compétences des enseignants. In J.-L. Rinaudo & F. Poyet (dir.), Environnements numériques en milieu scolaire. Quels usages et quelles pratiques ? Collection technologies nouvelles et éducation. Lyon : INRP, p. 137-158.

Après-midi : 14 h 30 – 17 h 

  • Ghislaine Gueudet : Professeur des universités en sciences de l’éducation, à l’UBO, IUFM de  Bretagne, co-directrice du CREAD, Présidente de l’Association pour la Recherche en Didactique des Mathématiques (ARDM)
    • Titre de l’intervention : « Ressources et documents dans l’enseignement : le cas des mathématiques »
    • Résumé : Dans cette intervention, nous nous pencherons sur les mutations induites dans l’enseignement par les ressources et documents numériques, en nous centrant sur le travail des professeurs. Ceux-ci ont désormais accès à un foisonnement de ressources ; de plus, même les ressources traditionnelles, comme le manuel scolaire, incorporent des compléments numériques. Dans ce contexte, la question de la qualité didactique des ressources est cruciale. Cependant ces ressources doivent aussi permettre une appropriation par des professeurs qui les combinent, les modifient, les mobilisent en classe, devenant les concepteurs de leurs propres documents. Le recours au numérique dans l’enseignement modifie les articulations traditionnelles entre conception et usage ; il met particulièrement en lumière le travail de conception du professeur, en classe et en dehors de la classe. Il éclaire également les dimensions collectives de ce travail, et suscite de nouveaux collectifs concepteurs de ressources. Nous discuterons et illustrerons ces mutations essentielles, et interrogerons les concepts mêmes de ressources et de documents, en nous appuyant sur des études réalisées dans le contexte de l’enseignement des mathématiques.
    • Publications récentes :
      • Gueudet, G., Pepin, B., & Trouche, L. (2012). From Textbooks to ‘Lived’ Resources: Mathematics Curriculum Materials and Teacher Documentation. New York: Springer.
      • Gueudet, G., Aldon, G. & Trouche, L. (2011). La conception et les usages de ressources en ligne comme moteur et révélateur du travail collectif enseignant. in M. Grangeat (Ed.) Les démarches d’investigation dans l’enseignement scientifique. Pratiques de classe, travail collectif enseignant, acquisitions des élèves.(pp.151-182) Lyon : Ecole Normale Supérieure de Lyon, Institut National de Recherche Pédagogique.
      • Gueudet, G., & Trouche, L. (2011). Développement de l’Internet dans l’enseignement : vers un essor du collectif ? in C. Develotte, & F. Poyet, L’éducation à l’heure du numérique, état des lieux, enjeux et perspectives (pp. 145-165). Lyon : INRP-ENSL.
      • Gueudet, G., & Vandebrouck, F. (2011).Technologies et évolution des pratiques enseignantes : études de cas et éclairages théoriques. Recherches en didactique des mathématiques, 31(3), 271-313.
      • Gueudet, G., & Trouche, L. (Eds.). (2010). Ressources vives. Le travail documentaire des professeurs en mathématiques. Rennes: Presses Universitaires de Rennes.
  • Elisabeth Schneider : Doctorante en géographie sociale et en SIC, Université de Caen ; responsable du Master DCEF IUFM-UCBN
    • Titre de l’intervention : « Pratiques d’écriture des adolescents et translittératie »
    • Résumé : Dans le cadre d’une thèse en géographie sociale et en sciences de l’information, une enquête menée auprès de lycéens permet de mettre en évidence des pratiques relevant de la translittératie. Ce sont les pratiques d’écriture qui sont investiguées dans leur diversité : sur papier et sur numérique, en situation de mobilité, en classe ou à domicile pour des usages privés ou scolaires. L’expérience adolescente s’organise par ce paysage scriptural à travers des situations et des médias différenciés.
    • Publications récentes :
      • Schneider E. (2012), « Écriture, numérique et adolescents: une affaire sérieuse », Communication à la Journée Culturenum’ de Mantes la Jolie, 29 mars 2012. Ouvrage à paraître chez C&F éditions.
      • Schneider E. (2012), « L’espace social du lycéen, une constellation de pratiques entre papier et numérique», in Objets documentaires numériques : nouvel enseignement ? Congrès de la FADBEN, 22-23 mars 2012. Actes à paraître.
      • Schneider E. (2012), « L’écriture des adolescents, une démarche ethnographique pour rendre compte de la spatialisation des pratiques », in La géographie des enfants et des jeunes, Carnets de Géographes, n°3. Revue électronique accessible en ligne : http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_terrain/terrain_03_05_Schneider.php
      • Schneider E. (2011), « Paysage scriptural adolescent, du papier au numérique », Communication au Colloque doctoral international de l’éducation et de la formation, 25-26 novembre 2011, Nantes. Actes à paraître.
      • Schneider E. (2011), «  Travail enseignant, écriture et TIC: comment les économies scripturales gouvernent les pratiques » Actes du colloque international, Le travail enseignant au XXIe siècle. Perspectives croisées : didactiques et didactique professionnelle. Lyon: I.N.R.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *