Séminaire 2010

Séminaire du 10 septembre 2010 :
Questions de recherche : pratiques informationnelles,  document numérique,
didactique de l’information et des médias

Matinée : 10 h – 12 h 45 : Pratiques informationnelles, document numérique

  • Alexandre Serres : introduction du séminaire
  • Karine Aillerie :
    Professeur-documentaliste, collège Henri IV, Poitiers ; formatrice à l’IUFM de Poitiers ; doctorante au LABSIC Paris 13 ;
    Axes de recherche
    : pratiques informationnelles, pratiques quotidiennes informelles du web, pratiques des adolescents ;
    Titre de l’intervention
    : «« Pratiques d’information des adolescents sur le Web : quand l’autonomie relève de l’informel.« »
    Support de l’intervention.
    Résumé :
    Quant aux pratiques dites « quotidiennes » des jeunes sur le Web (enfants, adolescents, jeunes adultes ou étudiants), nous notons que ce sont principalement les pratiques de socialisation qui sont décrites, en ce qu’elles participent à la construction de soi et sont un marqueur des pratiques culturelles et médiatiques des générations actuelles. Les pratiques d’information, que nous investissons, demeurent relativement méconnues, qui interrogent la spécificité du point de vue des sciences de l’information et de la communication sur le concept de « pratiques » et sur le rapport au savoir qu’engage l’usage quotidien des « technologies intellectuelles », au sens de Goody. Dans un premier temps, nous nous attacherons donc à décrire ces pratiques informationnelles ordinaires avec l’internet, telles qu’elles nous sont apparues à la lecture de notre matériau (59 entretiens semi directifs auprès de jeunes âgés de 14 à 18 ans). En particulier, nous nous attacherons à montrer à quel point elles ont partie liée avec les demandes scolaires. Dans un second temps, nous essaierons de réfléchir à la place éventuelle qu’il conviendrait d’accorder à ces pratiques qualifiées d’informelles dans la réflexion qui porte actuellement sur la culture informationnelle et à la mise en œuvre d’un parcours de formation signifiant. En effet, le chantier de didactisation des savoirs info-documentaires vise à rendre précisément « formelles » des notions et attitudes intellectuelles et, ce faisant, à prendre appui sur des pratiques de référence. Nous montrerons que dans les textes qui officialisent la nécessité citoyenne de former l’individu à la maîtrise de l’information « tout au long de la vie », quitte à y intégrer ces « compétences » informelles (rapport Fourgous), les « capacités et attitudes » info-documentaires s’y trouvent dissoutes dans la « culture numérique », sans que soient dégagés la spécificité et les enjeux des démarches informationnelles, en tant que telles.

Discutant : Alexandre Serres

  • Noël Uguen :
    Professeur-documentaliste, lycée Le Likes, Quimper ; formateur à l’Ifucome, UCO d’Angers ;
    Axes de recherche
    : processus d’écriture à l’oeuvre dans le web 2, statut des « traces » dans l’activité d’écriture.
    Titre de l’intervention
    : « Le document de collecte comme avatar de l’ « écrit d’écran » »
    Résumé :
    A l’heure du web 2, le document électronique se présente comme un texte de réseau, « ouvert » dans la mesure où chaque lecteur peut l’annoter et le référencer dynamiquement en ligne dans ses propres écrits. Dès lors, ce sont les manières de lire et de citer le document, d’identifier ses sources et de les référencer qui s’en trouvent modifiées. Cette nouvelle forme d’annotation, de prise de notes « instrumentée » permet-elle de réguler le processus de recherche d’information de l’élève ? Il s’agira d’interroger ici le concept de « document de collecte », mis au point par Nicole Boubée et de décliner les savoirs info-documentaires en lien avec le processus de sélection de l’information qui le sous-tend. Puis dans un deuxième temps, on établira une typologie des activités de prises de notes basées sur des outils du web 2 à partir d’un inventaire des scénarios pédagogiques recensés sur les bases du Sceren CNDP. On questionnera alors cette posture de l’élève « auteur », avec les outils de collecte numérique pour voir en quoi la fonction du « document de collecte » permet de dépasser le simple mimétisme avec des usages spontanés. En conclusion, il s’agira d’aborder le document de collecte comme un avatar de l’  « écrit d’écran », concept mis au point par Emmanuel Souchier et Yves Jeanneret : comment les outils du web 2 imposent-ils des contraintes spécifiques à l’activité d’écriture ?

o      Discutante : Florence Thiault

Discussion générale

Après-midi : 14 h 30 – 17 h : Didactique de l’information et des médias

  • Nicole Clouet :
    Professeur-documentaliste, formatrice à l’IUFM Basse Normandie – UCBN
    Axes de recherche
    : à l’ERTé CALICO : Forums en étude de cas et indices de professionnalité en formation PLC2 Documentation
    Titre de l’intervention
    : «  « La collecte de ressources web par les professeurs documentalistes dans le cadre de l’ECJS » »
    Résumé :
    Depuis une dizaine d’années, l’école est confrontée à l’enseignement de thématiques nouvelles liées à l’actualité ou porteuses d’incertitudes : développement durable, mondialisation… En tant que professionnels, ces « questions vives » posent aux professeurs-documentalistes la question des ressources proposées aux élèves. L’objet de notre travail est de nous intéresser plus particulièrement à l’activité de collecte de ressources en ligne, pour les mettre à disposition des élèves dans le cadre d’un travail d’ECJS. En s’appuyant sur les outils de la didactique professionnelle, nous chercherons à mettre en évidence les différents savoirs mobilisés par  les documentalistes dans l’exercice de cette activité : savoirs liés au domaine d’investigation par des professionnels non spécialistes de ce domaine, mais aussi savoirs du document et du monde de l’information, savoirs portant sur l’élève et la tâche attendue. Dans le cadre d’une collecte d’informations effectuée par un professionnel, nous nous demanderons quels éléments influent sur la gestion de la tâche, en particulier dans les phases de régulation ou de prise de décision. L’étude repose sur l’analyse de cinq entretiens menés avec des documentalistes de lycée dans le cadre d’une instruction au sosie.

o        Discutante : Ivana Ballarini-Santonocito

  • Jacques Kerneis :
    Docteur en Sciences de l’éducation, membre associé au CREAD, Université Rennes 2 ; responsable du département TICE de l’IUFM de Bretagne ; formateur TICE, images et médias sur le site de Brest de l’IUFM de Bretagne
    Axes de recherche
    : théorie de l’action conjointe en didactique, éducation aux médias, culture informationnelle, sémiotique, incertitude, construction de certitudes.
    Titre de l’intervention
    : « « La nécessaire et périlleuse construction conjointe de certitudes provisoires : le développement des compétences en lecture des textes journalistiques ». »
    Résumé :
    Cette présentation a pour but de faire état d’une perspective résolument communicationnelle d’un travail de recherche initialement abordé du côté de la didactique. Elle permettra de faire le point sur les évolutions de la réflexion presque un an après la soutenance de ce travail. Développer des compétences médiatiques à l’école ne va pas de soi. Nous montrons les difficultés inhérentes à ce développement et les conséquences au plan de l’apprentissage et de l’émancipation des élèves. Nous le faisons avec l’exemple d’une séance traitant de la posture du récepteur d’un média qui a été préparée collectivement et qui a été mise en oeuvre dans une classe de 3ème par un professeur de lettres. Nous mettons l’accent sur la nécessité, pour le professeur, de pouvoir s’appuyer sur une culture profonde et un savoir exigeant. Pour terminer, nous envisageons quelques directions de travail permettant de dépasser ces difficultés.

o        Discutante : Agnès Montaigne

Discussion générale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *