Programme, intervenants

Programme de la journée d’étude du 18 mars 2016

  • 9 h – 9 h 30 : Accueil
  • 9 h 30 – 9 h 45 : Introduction de la journée par Stanislas Hommet, directeur de l’ESPE de Caen, Elisabeth Schneider, ESPE Caen, Eric Delamotte, Directeur-adjoint de l’ESPE de Rouen, Alexandre Serres, co-responsable de l’URFIST de Rennes, animateur du GRCDI.
  • 9 h 45 – 11 h :  Conférence d’Isabelle Harlé, MCF en sociologie, ESPE de Caen, sur “La construction des savoirs, débat avec la salle ;
  • 11 h – 11 h 15 : pause
  • 11 h 15 – 12 h 30 : Trois éclairages sur l’EMI :
  • Origines et enjeux de l’EMI”, Eric Delamotte, Professeur des universités en SIC, ESPE de Rouen.
    L’EMI peut nous apparaître à juste titre comme la réunion de deux « éducations à », bien distinctes jusque là, dans une configuration particulière à la France. La première, « éducation aux médias », souvent identifiée au CLEMI, et la seconde, « éducation à l’information », souvent revendiquée en tant qu’objet d’enseignement par le corps des enseignants documentalistes (Duplessis, 2015). Mais est-ce que l’EMI est le prolongement de l’éducation aux médias ? S’agit-il d’une convergence liée aux usages du numérique ? Est-ce une nouvelle configuration conceptuelle ?
  • « L’EMI sur le web : cartographie d’un domaine en émergence« , Alexandre Serres, MCF en SIC, URFIST de Rennes, GRCDI, Angèle Stalder, ATER ESPE Rouen, GRCDI ;
    Que nous apprennent les techniques  de cartographie et de visualisation de l’information sur la « présence numérique » de l’EMI ? Comment les acteurs et « actants » de l’éducation aux médias et à l’information (institutions, associations, enseignants documentalistes, chercheurs, mais aussi  textes, dispositifs, organisations, etc.) sont-ils interconnectés sur le web ? Quels réseaux de liens dessinent-ils ? Quelles leçons peuvent être tirées de la cartographie des ressources du web pour mieux cerner la réalité des acteurs sociaux de l’EMI ? Nous présenterons la synthèse des résultats d’un travail de recherche mené en 2015 sur les territoires et les acteurs de l’EMI.
  • Connaissances info-documentaires : que savent les élèves, que disent les programmes ?”, Gildas Dimier, professeur documentaliste, vice-président de la FADBEN, GRCDI.
    La proximité du calendrier de publication, entre « l’Enquête diagnostique des connaissances en information-documentation des élèves du secondaire en France » (juin 2015) et les nouveaux programmes pour les cycles 2, 3 et 4 (novembre 2015), est une invitation à confronter les principales conclusions de la première avec les contenus info-documentaires présents dans les seconds. Que savent les élèves à l’entrée en sixième ? Observe-t-on des progrès, ou des régressions notables, à l’entrée puis à la sortie du lycée ? Les nouveaux programmes sont-ils en mesure de faire évoluer les tendances observées ? Quelle place y est donnée aux savoirs de l’information-documentation ? Autant de réponses auxquelles nous nous efforcerons d’apporter des éléments de réponses pour esquisser un état des lieux.
  • 14h – 16 h 15 : Questionnements didactiques et pédagogiques autour des territoires de l’EMI
    Quatre interventions suivies d’une table ronde animée par Elisabeth Schneider, MCF en SIC, ESPE de Caen, GRCDI :
  • L’information-documentation, au risque de l’EMI ?Pascal Duplessis, formateur ESPE Angers ;
    L’EMI prolonge-t-elle, recouvre-t-elle ou jouxte-t-elle simplement l’information-documentation ? Si proches et si lointains, ces deux produits scolaires, pourtant porteurs d’une épistémologie commune (l’information), se retrouvent en position concurrentielle sur l’actuel échiquier scolaire. L’installation précipitée de l’EMI dans le paysage éducatif vient en effet bousculer des pratiques pédagogiques installées depuis de nombreuses années, comme l’éducation aux médias (EAM) et l’information-documentation. Si l’EAM se voit accorder une légitimité présentée comme naturelle, l’information-documentation, en revanche, peine à s’y retrouver. Souffrant déjà d’un soutien parcimonieux de l’institution, elle voit ses principaux acteurs sur le terrain, les professeurs documentalistes, accuser le coup et interroger en conséquence le devenir de leur mission pédagogique. Pour expliquer ce qui se joue en ce moment même et tenter de clarifier une situation qui paraît trouble, il faudrait pouvoir convoquer à la fois, comme le fait I. Harlé dans « la fabrique des savoirs », l’histoire de ces littératies, le jeu des acteurs en présence et la dimension didactique de ces construits scolaires. Avec ces approches en arrière plan, nous rechercherons ce qui unit et ce qui sépare EMI et information-documentation en interrogeant et en comparant leur axiologie, leur forme scolaire et leurs contenus d’enseignement réciproques. Nous esquisserons une possible articulation raisonnée, fondée à la fois sur la reconnaissance de statuts distincts et sur la prise en compte d’un champ encore et toujours ignoré, l’information-documentation.
  • EMI : quelques apports de l’éducation aux médias« , Odile Chenevez, ex-responsable CLEMI d’Aix-Marseille ;
    L’éducation aux médias s’intéresse aux rapports du citoyen avec les médias, aujourd’hui tous numériques. On discutera de quelques approches qui, au sein de l’EMI, pourraient contribuer à répondre à diverses questions urgentes qui se posent aux jeunes générations d’aujourd’hui, et à leurs enseignants, notamment en lien avec l’actualité du monde. « Vrai ou faux ? » « Croire ou ne pas croire une information ? » se demandent les élèves. « Quelle place pour le discours de la raison lorsque rumeurs, complots et réseaux sociaux accaparent nos élèves ? », « Comment tirer parti de médias qui ne sont pas comme on voudrait qu’il soient ? » questionnent les enseignants. La construction sociale de savoirs scolaires, forcément labiles, autour de ces questionnements est l’un des aspects les plus sensibles de l’EMI.
  • EMI et numérique”, Cédric Fluckiger, MCF Sciences de l’Education, Université de Lille 3 ;
    L’EMI sera interrogée du point de vue de la didactique de l’informatique et de la didactique des disciplines. Nous montrerons comment les didactiques permettent de poser la question des contenus et de leur organisation dans une forme plus ou moins disciplinaire. Pour cela, une comparaison pourra être faite avec la manière dont la question s’est posée pour les contenus informatiques. Nous discuterons du fait que l’informatique et l’EMI, dans leur élaboration en tant que domaine d’enseignement, sont pris en tension entre trois tentations : une visée culturelle, une visée de certification des compétences et une visée de disciplinarisation.
  • Une matrice de compétences en EMI”, Thomas Rattier, professeur documentaliste, Académie de Caen
    La matrice de littératie médiatique de Fastrez et De Smedt a été l’occasion de lancer un travail dans l’académie de Caen autour de l’enseignement de l’information-documentation. Nous préciserons la démarche mais aussi les résultats et questionnements d’une première mise en œuvre par les enseignants-documentalistes impliqués.
  • 16 h 15 – 16 h 30 : Synthèse et clôture de la journée : Florence Thiault, MCF en SIC, Université Lille 3, GRCDI