Archives de catégorie : Billets

Notions informationnelles et programmes scolaires du collège

Le GRCDI publie un travail de recherche, mené par quatre de ses membres (Gildas Dimier, Elisabeth Schneider, Alexandre Serres et Angèle Stalder) avec le soutien de tout le groupe, sur la présence des notions informationnelles dans les programmes du collège. Ce rapport, intitulé « Notions informationnelles et programmes scolaires : une présence renforcée au collège, mais pour quelle visée didactique ? », est divisé en deux parties, que l’on trouvera sur HAL, dans la nouvelle collection « Séminaire GRCDI » :
– « Partie 1 : Présence des notions informationnelles dans les nouveaux programmes du collège », disponible sur : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01599119
– « Partie 2 : Comparaison des programmes du collège 2008 et 2015 », disponible sur : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01599122

La question de recherche qui a guidé ce travail est la suivante : quelle place occupent vraiment les notions informationnelles (notamment sur l’évaluation de l’information) dans les programmes scolaires du collège et dans le Socle commun de connaissances ? Selon quelle acception sont-elles proposées pour l’enseignement ? Et quelle est la place respective des acceptions disciplinaires et info-documentaires de ces notions ? Autrement dit, à partir d’une simple recherche des occurrences de ces dernières, et malgré toutes les limites inhérentes à ce type d’exercice, quelles leçons peut-on tirer sur la place des « savoirs infodocumentaires » dans les programmes scolaires du collège de 2008 et 2015 ?

Il nous paraît important, pour mieux comprendre cette étude, de fournir quelques repères sur son élaboration. En effet, le présent rapport est le fruit d’un long processus, et constitue la synthèse d’un ensemble de travaux commencés il y a quelques années. Notre projet initial était alors d’élaborer un guide didactique sur la translittératie, notamment autour de la thématique de l’évaluation de l’information. Ce projet n’a pu être conduit à son terme, mais il comportait une dimension importante, consistant à relever, observer et analyser la présence des notions liées à l’évaluation de l’information dans les programmes officiels de l’enseignement secondaire. Nous avions en effet considéré qu’il fallait relever la diversité des acceptions disciplinaires et identifier les arrière-plans épistémologiques de ces notions, pour en proposer une transposition pertinente, articulée aux attentes disciplinaires dans un souci de cohérence et d’explicitation pour la réussite des apprentissages des élèves. Une première analyse des programmes du collège et du lycée, ainsi que de la version 2006 du Socle commun, a ainsi été menée en 2014. Puis, en 2015, au moment de l’élaboration du Socle commun par le CSP, le GRCDI a été sollicité à deux reprises, d’abord par le Conseil supérieur des programmes (CSP) lors de la phase de réflexion sur le Socle commun, puis par le Groupe d’élaboration des projets de programmes (GEPP 4) pour apporter son expertise sur les contenus en information-documentation. Lors de la publication du Socle commun, le GRCDI s’est livré à une analyse détaillée de ce texte, relevant une présence significative, bien que parfois implicite, des notions informationnelles. Notre étude aurait pu être alors terminée, mais la parution des nouveaux programmes du collège, en novembre 2015, nous a poussés à poursuivre une nouvelle et dernière étape. Un nouveau travail de relevé a donc été effectué en 2015-2016 pour ces nouveaux programmes.

Devenue un peu trop dense par ces ajouts successifs, notre étude a fait l’objet, en 2016-2017, d’un important travail de simplification et de réécriture, et nous sommes heureux de pouvoir aujourd’hui la mettre à disposition des professeurs documentalistes, des chercheurs spécialisés sur la culture de l’information et de toute personne intéressée par ces questions.

Bonne lecture !

Quelle influence des bibliothèques, en tant que dispositifs éducatifs et informationnels, dans l’acquisition des savoir-être ?

Présentation

D’avril à juillet 2017, l’URFIST de Rennes, structure porteuse du GRCDI, a eu le plaisir d’accueillir dans ses murs Marcos de Passos, doctorant brésilien de l’Université de São Paulo.

L’origine (lointaine) de ce séjour doctoral est à chercher dans… les « Douze propositions pour un curriculum info-documentaire » du GRCDI ! En effet, en 2014-2015, les professeurs brésiliens Edmir Perrotti, acteur engagé depuis longtemps dans la recherche sur la culture de l’information au Brésil (il est notamment à l’origine du courant de recherche dit de « l’infoeducaçao »), et Ivete Pieruccini, co-responsables du laboratoire COLABORI, avaient eu connaissance de l’existence et des travaux du GRCDI. Après une prise de contact, ils m’avaient invité pour un séjour de recherche à São Paulo d’une semaine, en novembre 2015. Un accueil formidable, de nombreux contacts, plusieurs conférences, des découvertes et des rencontres passionnantes avaient rythmé ce séjour très court et très intense, au cours duquel j’ai pu faire connaissance avec l’équipe de chercheurs et de doctorants du COLABORI, dont Marcos de Passos. Un partenariat franco-brésilien très fructueux  s’est alors noué à ce moment-là autour de la culture de l’information, entre le COLABORI d’une part et le GRCDI et l’URFIST d’autre part.
Un an plus tard, en novembre 2016, c’était au tour de la partie française de recevoir les collègues brésiliens, à l’occasion du Colloque final de l’ANR Translit, les 7 et 8 novembre 2016. Edmir Perrotti et Ivete Pieruccini étaient invités en France pour un séjour d’une semaine. Edmir Perrotti est intervenu à une table ronde du colloque de l’ANR, sur l’international, et les deux professeurs brésiliens ont pu rencontrer, à Paris puis à Rennes, plusieurs chercheurs français impliqués dans le champ des cultures de l’information.  Un séjour également très riche de rencontres, qui a renforcé nos relations et encouragé plusieurs projets. Parmi ceux-ci figurait l’organisation d’un séjour doctoral à Rennes de Marcos de Passos, doctorant travaillant sous la direction d’Ivete Pieruccini.

Ce séjour rennais s’est donc déroulé pendant plus de trois mois, au cours desquels Marcos de Passos a pu rencontrer les chercheurs du GRCDI (il a participé à deux réunions de travail du groupe), établir des contacts avec d’autres chercheurs, se former dans les stages de l’URFIST et découvrir la réalité française de la recherche dans le domaine des cultures de l’information.
Lors de la première réunion du GRCDI, le 5 mai 2017, Marcos a présenté ses travaux et sa problématique de thèse, et l’idée nous est venue ensuite d’en faire un texte plus abouti. Avec l’aide de Gildas Dimier (qu’il en soit ici remercié !), le texte écrit par Marcos a été corrigé et révisé en français, et j’ai le plaisir de le mettre en ligne sur le Carnet du GRCDI. Au-delà de l’exposé du contexte et de la problématique de thèse de Marcos, ce texte est aussi un témoignage vivant sur la réalité brésilienne et sur les approches spécifiques de la culture de l’information, en vigueur au pays de Paulo Freire. La notion d’appropriation de l’information y tient une place centrale.

Bonne lecture !
Alexandre Serres

____________________________________________________________________________

Quelle influence des bibliothèques, en tant que dispositifs éducatifs et informationnels, dans l’acquisition des savoir-être ?

Marcos Paulo de PASSOS,
doctorant, Université de São Paulo (USP), Brésil

Nous nous proposons d’examiner la relation entre les dispositifs éducatifs et informationnels, comme les bibliothèques, et l’acquisition de « savoir-être », au regard des processus et des dynamiques que ces dispositifs exercent dans l’appropriation de l’information. A cet effet, nous fondons notre analyse proche du concept de « savoir-être », selon la terminologie employée dans la littérature francophone, qui implique une dimension axiologique des apprentissages, dont la relation au savoir participe de la construction d’attitudes et de valeurs chez l’individu.

Notre proposition d’étude trouve son origine dans deux expériences professionnelles, en qualité de bibliothécaire dans le Centro Educacional Unificado (CEU) de São Paulo (photos 1 et 2) et de doctorant dans l’Estação do Conhecimento Einstein (ECE) du quartier de Paraisópolis (photos 3 et 4), l’un des plus pauvres de cette même ville.

Continuer la lecture

Journée d’étude GRCDI-ESPE Caen et Rouen : « L’EMI en questions : enjeux, prescriptions, contenus, apprentissages »

Le vendredi 18 mars 2016, à l’ESPE de Caen, aura lieu la deuxième journée d’étude, co-organisée par le GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information), l’ESPE de Caen et l’ESPE de Rouen : « L’EMI en questions : enjeux, prescriptions, contenus, apprentissages ».

Depuis son inscription dans la Loi de Refondation de l’École de 2013, son arrivée comme domaine d’enseignement et sa possible inscription dans les EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) à la rentrée 2016, l’EMI (Éducation aux Médias et à l’Information) fait l’objet de nombreux débats dans le champ éducatif.  Ce qui semble d’abord une volonté institutionnelle relayée par des acteurs, enseignants et associations, s’inscrit aussi dans un mouvement plus large de réflexion sur les compétences nécessaires aux jeunes, dans un monde en « régime numérique ».
La construction de ce nouveau domaine, d’une part, s’appuie sur les objets des cultures de l’information et d’autre part, engage un ensemble de reconfigurations en termes de contenus d’apprentissage et de pratiques professionnelles. Plus largement, des enjeux de justice sociale et une volonté de faire évoluer le système éducatif contribuent à la production de discours autour de cet objet d’enseignement. Ce qui peut être source de confusion et/ou source d’invention pour les enseignants, qu’ils soient professeurs documentalistes ou enseignants disciplinaires.
Lors de cette journée d’étude, il s’agira d’interroger les processus de fabrication des savoirs scolaires qui se jouent autour de l’EMI et les conditions d’un apprentissage aux cultures de l’information, tel qu’il est souhaité par de nombreux professeurs documentalistes en particulier. Si l’idée commune est que l’école transmet des savoirs savants transposés ou des savoirs issus de pratiques sociales, l’examen des processus montre que les savoirs scolaires ne sont pas neutres et que leur légitimité scolaire et culturelle n’est pas donnée. Ce sont bien des construits sociaux au cœur d’enjeux multiples. L’EMI,comme le socle commun et les compétences sont ainsi un des derniers avatars de ces processus complexes.

Une première conférence explorera ainsi cette fabrication des savoirs scolaires en s’appuyant sur des cas précis. La suite de la matinée apportera trois éclairages différents sur l’EMI et les contextes pluriels de son émergence.

L’après-midi, une table ronde permettra d’expliciter des domaines reliés à l’EMI – l’éducation aux médias, l’information-documentation, la formation à l’informatique – mais aussi d’interroger les premières mises en œuvre didactiques.  L’objectif de cette journée étant bien de proposer des pistes de réflexions mais aussi des temps d’échanges entre les différents acteurs.

Le partenariat GRCDI, Espe de Caen, Espe de Rouen, qui associe enseignants, formateurs, chercheurs et étudiants, offre l’opportunité pour une deuxième année, de construire un espace de réflexion.

——————————————————————-

Programme de la journée

  • 9 h – 9 h 30 : Accueil
  • 9 h 30 – 9 h 45 : Introduction de la journée par Stanislas Hommet, directeur de l’ESPE de Caen, Elisabeth Schneider, ESPE Caen, Eric Delamotte, Directeur-adjoint de l’ESPE de Rouen, Alexandre Serres, co-responsable de l’URFIST de Rennes, animateur du GRCDI.
  • 9 h 45 – 11 h :  Conférence d’Isabelle Harlé, MCF en sociologie, ESPE de Caen, sur “La construction des savoirs : comprendre les processus de légitimation scolaire” ;  débat avec la salle ;
  • 11 h – 11 h 15 : pause
  • 11 h 15 – 12 h 30 : Trois éclairages sur l’EMI :
    • Origines et enjeux de l’EMI”, Eric Delamotte, Professeur des universités en SIC, ESPE de Rouen.
      L’EMI peut nous apparaître à juste titre comme la réunion de deux « éducations à », bien distinctes jusque là, dans une configuration particulière à la France. La première, « éducation aux médias », souvent identifiée au CLEMI, et la seconde, « éducation à l’information », souvent revendiquée en tant qu’objet d’enseignement par le corps des enseignants documentalistes (Duplessis, 2015). Mais est-ce que l’EMI est le prolongement de l’éducation aux médias ? S’agit-il d’une convergence liée aux usages du numérique ? Est-ce une nouvelle configuration conceptuelle ?
    • « L’EMI sur le web : cartographie d’un domaine en émergence« , Alexandre Serres, MCF en SIC, URFIST de Rennes, GRCDI, Angèle Stalder, ATER ESPE Rouen, GRCDI ;
      Que nous apprennent les techniques  de cartographie et de visualisation de l’information sur la « présence numérique » de l’EMI ? Comment les acteurs et « actants » de l’éducation aux médias et à l’information (institutions, associations, enseignants documentalistes, chercheurs, mais aussi  textes, dispositifs, organisations, etc.) sont-ils interconnectés sur le web ? Quels réseaux de liens dessinent-ils ? Quelles leçons peuvent être tirées de la cartographie des ressources du web pour mieux cerner la réalité des acteurs sociaux de l’EMI ? Nous présenterons la synthèse des résultats d’un travail de recherche mené en 2015 sur les territoires et les acteurs de l’EMI.
    • Connaissances info-documentaires : que savent les élèves, que disent les programmes ?”, Gildas Dimier, professeur documentaliste, vice-président de la FADBEN, GRCDI.
      La proximité du calendrier de publication, entre « l’Enquête diagnostique des connaissances en information-documentation des élèves du secondaire en France » (juin 2015) et les nouveaux programmes pour les cycles 2, 3 et 4 (novembre 2015), est une invitation à confronter les principales conclusions de la première avec les contenus info-documentaires présents dans les seconds. Que savent les élèves à l’entrée en sixième ? Observe-t-on des progrès, ou des régressions notables, à l’entrée puis à la sortie du lycée ? Les nouveaux programmes sont-ils en mesure de faire évoluer les tendances observées ? Quelle place y est donnée aux savoirs de l’information-documentation ? Autant de réponses auxquelles nous nous efforcerons d’apporter des éléments de réponses pour esquisser un état des lieux.
  • 14h – 16 h 15 : Questionnements didactiques et pédagogiques autour des territoires de l’EMI
    Quatre interventions suivies d’une table ronde animée par Elisabeth Schneider, MCF en SIC, ESPE de Caen, GRCDI :

    • L’information-documentation, au risque de l’EMI ? » Pascal Duplessis, formateur ESPE Angers ;
      L’EMI prolonge-t-elle, recouvre-t-elle ou jouxte-t-elle simplement l’information-documentation ? Si proches et si lointains, ces deux produits scolaires, pourtant porteurs d’une épistémologie commune (l’information), se retrouvent en position concurrentielle sur l’actuel échiquier scolaire. L’installation précipitée de l’EMI dans le paysage éducatif vient en effet bousculer des pratiques pédagogiques installées depuis de nombreuses années, comme l’éducation aux médias (EAM) et l’information-documentation. Si l’EAM se voit accorder une légitimité présentée comme naturelle, l’information-documentation, en revanche, peine à s’y retrouver. Souffrant déjà d’un soutien parcimonieux de l’institution, elle voit ses principaux acteurs sur le terrain, les professeurs documentalistes, accuser le coup et interroger en conséquence le devenir de leur mission pédagogique. Pour expliquer ce qui se joue en ce moment même et tenter de clarifier une situation qui paraît trouble, il faudrait pouvoir convoquer à la fois, comme le fait I. Harlé dans « la fabrique des savoirs », l’histoire de ces littératies, le jeu des acteurs en présence et la dimension didactique de ces construits scolaires. Avec ces approches en arrière plan, nous rechercherons ce qui unit et ce qui sépare EMI et information-documentation en interrogeant et en comparant leur axiologie, leur forme scolaire et leurs contenus d’enseignement réciproques. Nous esquisserons une possible articulation raisonnée, fondée à la fois sur la reconnaissance de statuts distincts et sur la prise en compte d’un champ encore et toujours ignoré, l’information-documentation.
    • EMI : quelques apports de l’éducation aux médias« , Odile Chenevez, ex-responsable CLEMI d’Aix-Marseille ;
      L’éducation aux médias s’intéresse aux rapports du citoyen avec les médias, aujourd’hui tous numériques. On discutera de quelques approches qui, au sein de l’EMI, pourraient contribuer à répondre à diverses questions urgentes qui se posent aux jeunes générations d’aujourd’hui, et à leurs enseignants, notamment en lien avec l’actualité du monde. « Vrai ou faux ? » « Croire ou ne pas croire une information ? » se demandent les élèves. « Quelle place pour le discours de la raison lorsque rumeurs, complots et réseaux sociaux accaparent nos élèves ? », « Comment tirer parti de médias qui ne sont pas comme on voudrait qu’il soient ? » questionnent les enseignants. La construction sociale de savoirs scolaires, forcément labiles, autour de ces questionnements est l’un des aspects les plus sensibles de l’EMI.
    • EMI et numérique”, Cédric Fluckiger, MCF Sciences de l’Education, Université de Lille 3 ;
      L’EMI sera interrogée du point de vue de la didactique de l’informatique et de la didactique des disciplines. Nous montrerons comment les didactiques permettent de poser la question des contenus et de leur organisation dans une forme plus ou moins disciplinaire. Pour cela, une comparaison pourra être faite avec la manière dont la question s’est posée pour les contenus informatiques. Nous discuterons du fait que l’informatique et l’EMI, dans leur élaboration en tant que domaine d’enseignement, sont pris en tension entre trois tentations : une visée culturelle, une visée de certification des compétences et une visée de disciplinarisation.
    • Une matrice de compétences en EMI”, Thomas Rattier, professeur documentaliste, Académie de Caen
      La matrice de littératie médiatique de Fastrez et De Smedt a été l’occasion de lancer un travail dans l’académie de Caen autour de l’enseignement de l’information-documentation. Nous préciserons la démarche mais aussi les résultats et questionnements d’une première mise en œuvre par les enseignants-documentalistes impliqués.
  • 16 h 15 – 16 h 30 : Synthèse et clôture de la journée : Florence Thiault, MCF en SIC, Université Lille 3, GRCDI

Entrée libre mais inscription obligatoire, sur la plateforme SYGEFOR.

« L’EMI en partage » : texte, support et cartographies en ligne

Comme annoncé lors du 10ème Congrès de la FADBEN, « Enseigner – apprendre l’information-documentation : Approches didactiques et démarches pédagogiques pour développer la culture de l’information des élèves », qui s’est tenu à Limoges les 9-10-11 octobre, voici la publication du support de notre communication, ainsi que de notre matériau de recherche.
Mise à jour du 26 octobre : Le texte intégral est  également désormais en ligne sur ArchiveSic.

Pour résumer notre intervention : « L’EMI en partage : essai de cartographie des acteurs » :

A qui appartient l’EMI ? Depuis son inscription dans la Loi de Refondation de l’Ecole en juillet 2013, l’Education aux Médias et à l’Information a donné lieu à des publications, des définitions, des prises de positions, des approches différentes de plusieurs types d’acteurs. Ces divers acteurs (organismes officiels, institutions, associations professionnelles, chercheurs, formateurs, militants…), chacun porteur d’une certaine légitimité, s’inscrivent dans des stratégies, des réseaux, des relations multiples, parfois en convergence, parfois en divergence, voire en opposition. Et au fur et à mesure de son institutionnalisation (notamment avec sa récente inscription officielle dans les nouveaux programmes du collège), il est probable que l’EMI deviendra un objet croissant de controverses, mais aussi un nouvel « acteur-réseau » du monde éducatif, c’est-à-dire, selon le sens donné par Bruno Latour à ce concept, un réseau hétérogène d’acteurs et d’actants, devenu lui-même un acteur global, redessinant autour de lui de nouvelles configurations, de nouveaux réseaux, de nouvelles alliances.

A partir d’une étude inspirée de l’approche de “l’acteur-réseau” (Latour-Callon), notre recherche a tenté d’apporter quelques éclairages sur l’EMI, appréhendée ici comme un ensemble d’acteurs et d’actants mobilisés autour d’une thématique commune. Cette approche, fondée, entre autres, sur le principe de “neutralité de l’observateur”, consiste à enregistrer, observer et décrire, si possible dans les mêmes termes, la liste, forcément hétérogène, des acteurs humains et “non-humains” (organisations, textes, dispositifs socio-techniques …) et le réseau de leurs relations.

Pour cartographier les acteurs de ce domaine en émergence, nous avons suivi une démarche marquée par les étapes suivantes :
– la collecte et la constitution d’un corpus de ressources sur le web ;
– l’affinement, la description, le traitement de ce corpus ;
– le paramétrage et la production des cartographies ;
– l’interprétation des résultats de celles-ci.

Trois outils ont été successivement utilisés :
– le premier est le gestionnaire de signets Diigo, pour commencer à constituer un premier noyau du corpus de sites et de ressources web ; un « Groupe » privé a été créé pour l’occasion ;
– le deuxième est un outil permettant la constitution semi-automatique de corpus et l’établissement d’une cartographie des liens entre sites ; il s’agit de Hyphe, outil développé par le MediaLab de SciencesPo, et accessible en version démo sur le web. Nous profitons de l’occasion pour remercier Mathieu Jacomy et Benjamin Ooghe-Tabanou qui nous ont apporté aide et réconfort et nous ont permis de récupérer nos données perdues, après une remise à jour du serveur ;
– et le troisième est un outil de cartographie et de visualisation, qui connaît un certain succès dans les milieux de la recherche : Gephi, outil en open source. Là aussi, nous tenons à remercier Simon Le Bayon, qui nous a apporté son aide lors de la réalisation de nos premières cartes.

Ce travail a revêtu pour nous un double intérêt :
– d’une part, par rapport aux résultats tout d’abord. Il nous a permis de cartographier un domaine en émergence sur le web, d’en saisir les acteurs, de pouvoir s’y repérer et y naviguer, avec pour postulat l’idée que l’EMI, au-delà de ses controverses, est un nouveau territoire éducatif en partage, né avant tout d’une volonté institutionnelle forte, portée par des acteurs intermédiaires et médiateurs et que certains acteurs professionnels s’approprient en contribuant au bornage dudit territoire ;
– d’autre part, par rapport à la méthodologie de recherche ensuite. Il nous a permis d’appréhender la cartographie web, nouvelle méthode de recherche en SHS qui prend appui sur deux types d’outils, l’un pour explorer le web, l’autre pour le représenter et qui comporte une dimension intrinsèquement heuristique. Les cartographies produites avec Gephi ont permis la mise en visibilité d’un réseau d’acteurs mais ouvrent aussi des pistes de recherche.

Conformément à notre engagement lors du Congès Fadben, et par adhésion aux valeurs du Libre Accès et de l’ouverture des données de recherche, nous mettons donc tous les fichiers à disposition pour que ce travail puisse être repris, examiné, critiqué et prolongé.

Vous trouverez ainsi :
le texte de la communication
le support ppt de l’intervention ;
8 fichiers PDF, accessibles à partir du support ppt ;
le fichier Excel du corpus (les 233 entités web, avec leurs qualifications) ;
le fichier GEXF du corpus (si des praticiens de Gephi veulent refaire des cartographies).

Elisabeth Schneider, Alexandre Serres, Angèle Stalder

Un tournant pour le GRCDI

Créé en 2007, le GRCDI (Groupe de Recherche sur les Cultures et la Didactique de l’Information) est devenu, au fil des ans, un groupe de recherche actif et reconnu, notamment dans le monde des professeurs-documentalistes et des filières Documentation des ESPé. Le lecteur trouvera sur ce carnet une présentation complète du groupe (historique, objectifs, composition…), ainsi que nos principales propositions et publications. Après huit années d’intenses activités, nous avons décidé une double évolution :

– d’une part, demander l’ouverture d’un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses, afin de mieux nous inscrire dans le paysage des SHS, développer notre visibilité scientifique et pérenniser nos travaux et publications sur une plateforme reconnue. Tous les contenus de notre ancien blog, jusqu’alors disponibles sur un serveur indépendant, ont donc migré cet été sur Hypothèses, et ce carnet, qui sera alimenté collectivement, marque pour nous un nouveau départ ;

– d’autre part, opérer un petit changement, discret et symbolique, dans le nom même du groupe, avec le passage au pluriel de « la » culture de l’information. Ceci est une façon d’accompagner l’évolution actuelle du champ de recherche consacré à ces cultures et à la notion de translittératie. Après tout, le GRCDI n’a-t-il pas joué un rôle pionnier, dès son premier séminaire de septembre 2007, en mettant l’accent sur les convergences et divergences entre les trois cultures de l’information (infodoc, médias, informatique) ? Beaucoup de chemin a été parcouru depuis, le thème de la translittératie fait l’objet actuellement de projets de recherche reconnus (notamment le projet ANR Translit, auquel participent plusieurs membres du groupe), et l’heure est plus que jamais aux approches transversales, intégrant toutes les cultures de l’information. Pour sa part, le GRCDI continuera sa réflexion sur ces croisements des cultures et des éducations à l’information, aux médias, au numérique, à l’informatique, à partir du regard spécifique de l’information-documentation.

Aujourd’hui, l’heure est à l’institutionnalisation de l’EMI (Education aux Médias et à l’Information), avec son inscription dans la Loi de Refondation de l’école et dans les futurs programmes scolaires du collège. Quoi que l’on pense de ses contenus, de ses modalités pédagogiques et des nombreuses ambiguïtés qui l’entourent, cette intégration officielle de l’EMI dans les programmes est une étape importante dans la (déjà !) longue histoire de ce mouvement de fond, qui défend depuis plusieurs décennies la nécessité de former les élèves et les étudiants à la culture de l’information et des médias. A sa modeste place, le GRCDI a été l’un des acteurs de ce mouvement, en défendant la nécessité d’un véritable enseignement info-documentaire, pour lequel nous avons fait en 2010 « Douze propositions pour l’élaboration d’un curriculum info-documentaire« . Ces « douze propositions » ont fait l’objet, depuis, de nombreuses références et citations, elles ont inspiré plusieurs travaux de la FADBEN, de l’ANDEP, de syndicats enseignants. Elles ont obtenu récemment un début de reconnaissance officielle, avec l’audition en 2014 du GRCDI par le Conseil Supérieur des Programmes, et avec une référence explicite à nos travaux dans les nouveaux programmes du collège, pour la partie consacrée à l’Education aux Médias et à l’Information.

Dans un nouveau contexte, marqué au plan sociétal par l’omniprésence du syntagme de « culture numérique », au plan éducatif par l’institutionnalisation de l’EMI, et au plan scientifique par le développement d’un champ de recherche sur la translittératie et le croisement des cultures de l’information, nous entendons continuer plus que jamais à jouer un triple rôle de recherche théorique, de réflexion critique et de propositions. Outre l’EMI, un autre thème de réflexion nous semble également crucial : la dissipation des confusions entre « culture numérique », « culture des médias » et « culture de l’information ».

Quatre publics visés

Ce blog, à la fois de veille, de réflexion et de diffusion d’informations, rendra compte régulièrement de l’activité de notre groupe. Quels publics espère-t-il rencontrer ?

Il vise en premier lieu la communauté de chercheurs, de praticiens et de professionnels de l’information-documentation, qui connaissent déjà nos travaux et pourront continuer à nous suivre sur Hypothèses.

En rejoignant la communauté des carnets de recherche en SHS, le Carnet du GRCDI cherchera aussi à tisser des liens entre des problématiques, des thématiques et des communautés, souvent distinctes mais ayant peut-être plusieurs choses en commun, notamment ces trois communautés qui pourront être aussi intéressées par notre carnet :

– la communauté et la thématique de la formation des étudiants à la maîtrise de l’information : se situant dans la continuité des professeurs documentalistes du secondaire, les bibliothécaires de l’enseignement supérieur ne sauraient en effet se désintéresser des évolutions en cours dans les collèges et lycées, en matière de formation à l’information ; la problématique du curriculum info-documentaire, « du CP au doctorat », est d’ailleurs une perspective ancienne, un vieux rêve éducatif encore en gestation. Nous sommes profondément convaincus de cette nécessaire continuité et de la progressivité des apprentissages info-documentaires, depuis l’école jusqu’au doctorat ;

– la communauté et la thématique de la formation à l’information scientifique : le lien peut paraître plus ténu mais il existe, et la « culture de l’information scientifique », au développement de laquelle les URFIST sont étroitement associées, reste liée à la « culture de l’information » tout court. Qu’il s’agisse des contenus, des savoirs ou des compétences, de très nombreuses passerelles, continuités ou convergences existent entre l’éducation des élèves et étudiants à l’information et la sensibilisation, la formation des doctorants et des chercheurs à l’information scientifique ;

– enfin la communauté et la thématique des Humanités numériques, qui ont souvent posé la question des compétences, des formations et des cultures, induites par le numérique. Là encore, cultures et compétences informationnelles, numériques, médiatiques, informatiques… se mélangent, s’hybrident, se confondent parfois, et les thématiques soulevées par le GRCDI concernent aussi les acteurs des Humanités numériques.

A nous d’être à la hauteur de ces ambitions et d’alimenter ce carnet, qui sera accompagné d’un compte Twitter : @carnetdugrcdi.