Quelle influence des bibliothèques, en tant que dispositifs éducatifs et informationnels, dans l’acquisition des savoir-être ?

Présentation

D’avril à juillet 2017, l’URFIST de Rennes, structure porteuse du GRCDI, a eu le plaisir d’accueillir dans ses murs Marcos de Passos, doctorant brésilien de l’Université de São Paulo.

L’origine (lointaine) de ce séjour doctoral est à chercher dans… les « Douze propositions pour un curriculum info-documentaire » du GRCDI ! En effet, en 2014-2015, les professeurs brésiliens Edmir Perrotti, acteur engagé depuis longtemps dans la recherche sur la culture de l’information au Brésil (il est notamment à l’origine du courant de recherche dit de « l’infoeducaçao »), et Ivete Pieruccini, co-responsables du laboratoire COLABORI, avaient eu connaissance de l’existence et des travaux du GRCDI. Après une prise de contact, ils m’avaient invité pour un séjour de recherche à São Paulo d’une semaine, en novembre 2015. Un accueil formidable, de nombreux contacts, plusieurs conférences, des découvertes et des rencontres passionnantes avaient rythmé ce séjour très court et très intense, au cours duquel j’ai pu faire connaissance avec l’équipe de chercheurs et de doctorants du COLABORI, dont Marcos de Passos. Un partenariat franco-brésilien très fructueux  s’est alors noué à ce moment-là autour de la culture de l’information, entre le COLABORI d’une part et le GRCDI et l’URFIST d’autre part.
Un an plus tard, en novembre 2016, c’était au tour de la partie française de recevoir les collègues brésiliens, à l’occasion du Colloque final de l’ANR Translit, les 7 et 8 novembre 2016. Edmir Perrotti et Ivete Pieruccini étaient invités en France pour un séjour d’une semaine. Edmir Perrotti est intervenu à une table ronde du colloque de l’ANR, sur l’international, et les deux professeurs brésiliens ont pu rencontrer, à Paris puis à Rennes, plusieurs chercheurs français impliqués dans le champ des cultures de l’information.  Un séjour également très riche de rencontres, qui a renforcé nos relations et encouragé plusieurs projets. Parmi ceux-ci figurait l’organisation d’un séjour doctoral à Rennes de Marcos de Passos, doctorant travaillant sous la direction d’Ivete Pieruccini.

Ce séjour rennais s’est donc déroulé pendant plus de trois mois, au cours desquels Marcos de Passos a pu rencontrer les chercheurs du GRCDI (il a participé à deux réunions de travail du groupe), établir des contacts avec d’autres chercheurs, se former dans les stages de l’URFIST et découvrir la réalité française de la recherche dans le domaine des cultures de l’information.
Lors de la première réunion du GRCDI, le 5 mai 2017, Marcos a présenté ses travaux et sa problématique de thèse, et l’idée nous est venue ensuite d’en faire un texte plus abouti. Avec l’aide de Gildas Dimier (qu’il en soit ici remercié !), le texte écrit par Marcos a été corrigé et révisé en français, et j’ai le plaisir de le mettre en ligne sur le Carnet du GRCDI. Au-delà de l’exposé du contexte et de la problématique de thèse de Marcos, ce texte est aussi un témoignage vivant sur la réalité brésilienne et sur les approches spécifiques de la culture de l’information, en vigueur au pays de Paulo Freire. La notion d’appropriation de l’information y tient une place centrale.

Bonne lecture !
Alexandre Serres

____________________________________________________________________________

Quelle influence des bibliothèques, en tant que dispositifs éducatifs et informationnels, dans l’acquisition des savoir-être ?

Marcos Paulo de PASSOS,
doctorant, Université de São Paulo (USP), Brésil

Nous nous proposons d’examiner la relation entre les dispositifs éducatifs et informationnels, comme les bibliothèques, et l’acquisition de « savoir-être », au regard des processus et des dynamiques que ces dispositifs exercent dans l’appropriation de l’information. A cet effet, nous fondons notre analyse proche du concept de « savoir-être », selon la terminologie employée dans la littérature francophone, qui implique une dimension axiologique des apprentissages, dont la relation au savoir participe de la construction d’attitudes et de valeurs chez l’individu.

Notre proposition d’étude trouve son origine dans deux expériences professionnelles, en qualité de bibliothécaire dans le Centro Educacional Unificado (CEU) de São Paulo (photos 1 et 2) et de doctorant dans l’Estação do Conhecimento Einstein (ECE) du quartier de Paraisópolis (photos 3 et 4), l’un des plus pauvres de cette même ville.

Photos 1 et 2 : Centro Educacional Unificado Três Pontes, Prefeitura de São Paulo

     Légende : Entrées de l’école et de la bibliothèque
Source : Archives personnelles de l’auteur

Photos 3 et 4: Le quartier de Paraisópolis et l’Estação do Conhecimento Einstein (ECE)

Légende : Le quartier de Paraisópolis et l’ECE
Source : Archives personnelles de l’auteur

Ces deux structures présentent des modèles radicalement différents, à partir desquels nous avons pu observer les usages des jeunes au sein de chaque bibliothèque. Edmir Perrotti (2015) analyse les bibliothèques selon trois paradigmes culturels que sont la bibliothèque templum, la bibliothèque emporium et la bibliothèque forum.

Le premier de ces modèles, la bibliothèque templum, est caractérisé par sa mission de conservation et de contrôle de la mémoire sociale, qui résulte du recours à un système complexe de filtration-médiation, lequel constitue, voire détermine la mémoire sociale. L’origine historique de ce modèle remonte à la Bibliothèque d’Alexandrie.

Le second modèle fait de la bibliothèque un lieu de diffusion de la culture. La bibliothèque est définie par sa fonction transmissive, laquelle suppose que soit mis l’accent sur les processus de circulation et sur l’offre d’objets culturels de l’institution vers le public. Ce modèle vise à promouvoir l’accès social à des connaissances enregistrées et sous le contrôle de l’institution. Il remonte à l’époque Moderne, initié par les idéaux des Lumières, qui ont pu donner naissance à certains courants de réformateurs sociaux, comme les militants de l’universalisation de l’éducation publique. C’est le modèle que l’on trouve dans les bibliothèques publiques brésiliennes actuelles et qui, de façon générale, sont marquées par une relation monologique avec les individus, envisagés comme des utilisateurs, des clients ou des consommateurs d’informations.

Le troisième modèle, émergent, est fondé sur une volonté d’« appropriation culturelle » des connaissances selon une forme d’acquisition et de relation dialogique, où les « protagonistes », et non les « usagers », interviennent activement dans le processus de construction de savoirs, ce qui fait sens, culturellement, pour former un « vivre ensemble ». Il s’agit d’une instance dans laquelle les individus s’approprient le système de référence des bibliothèques, lequel fait signe et sens, selon des processus dynamiques de connaissances et de reconnaissances mutuels. Dans le contexte de la bibliothèque forum, il n’y a pas d’“usagers” ou de “consommateurs”. Les protagonistes sont des citoyens acteurs, qui habitent, soignent, négocient, combattent, agissent, partagent et expriment leurs valeurs socioculturelles, leur vision du monde.

Le contexte du CEU renvoie au modèle de la bibliothèque « emporium », tandis que l’ECE présente les caractéristiques de la bibliothèque « forum ». Dans le contexte du CEU, nous avons été particulièrement frappé par l’intérêt suscité auprès des élèves par les ateliers de jeu d’échecs (photo 5), lesquels sont devenus la première raison de leur venue à la bibliothèque. L’intérêt pour la fréquentation de la bibliothèque, d’une façon systématique, a été exclusivement motivé par cette pratique. Malgré son statut de bibliothèque publique et scolaire, et les nombreuses possibilités et ressources existantes, comme par exemple la consultation, la lecture ou le prêt de livres (multimédias et d’autres formats), ou encore l’accès aux services d’orientation et la possibilité d’effectuer des recherches scolaires sur Internet, ces différentes fonctions n’ont pas été perçues comme suffisamment attractives pour mobiliser les élèves. Ceux-ci sont restés exclusivement intéressés par la pratique du jeu d’échecs. Pour autant, il ne s’agit pas de rejeter cette pratique ludique, qui nous fournit des indicateurs pour identifier le potentiel d’appropriation de la bibliothèque, pour elle-même dans sa fonction essentiel première de dispositif informationnel educatif, et pour le partage des savoirs par le jeu1.

Photo 5 :  Bibliothèque du Centro Educacional Unificado Três Pontes, São Paulo   Légende : Atelier de jeu d’échecs dans la bibliothèque
Source : Archives personnelles de l’auteur

Contrairement à cela, j’ai pu observer que les groupes d’enfants et d’adolescents qui fréquentaient l’ECE (Estação do Conhecimento Einstein, du quartier de Paraisópolis), après ou avant leur cursus scolaire, étaient davantage investis dans les activités d’apprentissage impliquant la recherche informationnelle (photo 6), que cela réponde à la demande des enseignants ou que cela soit de leur propre initiative, encouragée par le « Programa Aprendendo a Pesquisar (PAP) ». Le PAP est un dispositif éducatif (un type « d’atelier de recherche ») qui présuppose un projet d’apprentissage des participants, construit sur des projets de recherche individuels (ou éventuellement au sein de petits groupes d’enfants), à partir des intérêts personnels de chacun2. L’objectif est de permettre aux enfants d’apprendre à organiser et à planifier leurs recherches informationnelles, à définir leur rythme de travail, leur trajectoire de recherche selon leur besoin d’information ; ils s’organisent eux-mêmes, ce qui peut impliquer de devoir interrompre ou modifier leur projet de recherche, quitte à revenir par la suite à leur projet initial, l’essentiel étant qu’ils soient engagés dans une attitude mobilisée par le désir de connaître.

Ces apprentissages sont accompagnés par des « infoéducateurs », lesquels n’ont pas de classes auxquelles ils font spécifiquement cours, mais maîtrisent de façon privilégiée le dispositif informationnel éducatif – l’ECE -, et par les enseignants des classes qui, comme les premiers, interviennent dans le domaine des « médiations interpersonnelles », indispensables à la continuité des dynamiques d’appropriation. Dans le CEU, différent de l’ECE, les dynamiques sont faites et proposées uniquement par les bibliothécaires, sans la participation directe d’autres professionnels de l’éducation.

Photo 6 : l’Estação do Conhecimento Einstein (ECE)  

Légende : Les pratiques d’apprentissage informationnel
Source : Archives personnelles de l’auteur

Le constat de ces différences, dans la priorité donnée par les adolescents aux activités qu’ils  privilégient selon le modèle de bibliothèque, a nourri mon questionnement sur la nature à donner à un enseignement de l’information.

Celui-ci est confronté, dans le processus de construction du savoir, à une double difficulté liée aux modèles de « littératie informationnelle »3 actuels et à la spécificité du contexte socioculturel brésilien. En particulier, la faiblesse des apprentissages informationnels peut conduire à privilégier une approche de la médiation culturelle qui ne serait motivée que par l’offre et la consommation d’informations, selon un modèle proche de la bibliothèque emporium, dont la rigidité montre les faiblesses en comparaison des bibliothèques forum, lesquelles privilégient une conception ambivalente de l’information et de ses cultures, plus complexes donc. Par ailleurs, si l’on ne considère pas les cadres socio-historiques constitutifs de la société brésilienne, qui présentent des indices importants d’analphabétisme, de décrochage scolaire et de précarisation de l’enseignement et de l’économie sociale et culturelle, ces modèles de littératie informationnelle, le plus souvent allogènes, présentent le risque d’accentuer l’exclusion, selon une forme d’acculturation inhérente à cet ordre informationnel véhiculé par les « dispositifs culturels et éducatifs monologiques » (Pieruccini, 2004).

La conception des bibliothèques de diffusion culturelle, comme les bibliothèques publiques, a été pensée selon  les prémisses du transmissitivisme et du distributivisme,  liés à une culture dominante, homogénéisatrice, qui maintient à la marge ce que Michel Foucault (1997) appelle des « savoirs disqualifiés ».

Dans le cadre professionnel, par exemple, il y a une difficulté sur la compréhension d’information comme une « instance formative » (Perrotti, Pieruccini, 2016). Cette approche instrumentale de l’information affecte la dimension subjective, en dégradant le désir de connaître de chaque individu.

C’est à partir de cette hypothèse que nous proposons une définition provisoire plus proche des savoir-être, dont le concept est fondé par les caractéristiques suivantes :

– la dimension subjective des connaissances est essentielle aux processus d’appropriation de l’information ;

– l’acte de connaissance n’implique pas seulement des capacités cognitives et des compétences (domaine des « information skills »), mais aussi des représentations capables de mobiliser les désirs de connaissance, comme le dialogue des sujets avec l’univers des signes informationnels ;

– de tels processus impliquent des actions favorisées par la construction de savoirs, lesquels constituent des expériences significatives par rapport à la culture de l’information et des processus d’apprentissage informationnel ;

– rapportés à l’Éducation, les processus de constitution des dispositifs informationnels éducatifs dialogiques4 ont pour but la mobilisation de l’intérêt des enfants et des jeunes élèves, à partir de la connaissance et de la culture de l’information.

Sous forme de conclusion, à partir de ces fondements, nous nous proposons d’ouvrir notre recherche sur trois questions :

– dans les processus d’apprentissage informationnel (que ce soit dans l’enseignement secondaire ou supérieur, dans les bibliothèques publiques ou universitaires, etc.), qu’est-ce qui est considéré comme essentiel pour favoriser les interactions de groupes ?

– comment les dispositifs informationnels éducatifs (comme les CDI, les bibliothèques, etc.) peuvent-ils susciter la motivation et le désir d’apprendre chez les élèves ? Quels seraient les moyens pédagogiques les plus pertinents pour mobiliser l’attention des élèves, développer leur curiosité pour les apprentissages informationnels ?

– quels seraient les critères d’évaluation de ces dispositifs informationnels éducatifs, dans une perspective de participation active des élèves aux apprentissages informationnels ?

Notre réflexion se fonde sur le concept d’Infoéducation (Perrotti, Pieruccini, 2016), une approche théorico-pratique authentiquement brésilienne des rapports entre les domaines de l’Information et de l’Éducation. Cette perspective de recherche se propose de réfléchir sur les problématiques des dispositifs de médiation de l’information, sur les aspects d’appropriation des connaissances et des signes informationnels.

Cette proposition s’appuie sur une approche transdisciplinaire, de nature collaborative, qui rassemble des savoirs scientifiques et des savoirs d’action, lesquels ont pour objetif d’établir des référentiels et des méthodologies capables de faire face à la complexité implicite dans les processus d’appropriation des connaissances contemporains, particulièrement dans des contextes sensibles, marqués par de profondes inégalités, comme ceux de notre pays.

Références

Foucault, Michel. “Il faut défendre la société”. Cours au Collège de France, 1976. Paris : Gallimard, Seuil, 1997.

Passos, Marcos Paulo de. O ato lúdico de conhecer : a pesquisa como processo dialógico de apropriação de dispositivos informacionais e culturais. 2013. 125 f. Dissertação (Mestrado em Ciência da Informação) – Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo, São Paulo, 2013. Disponible sur : http://www.teses.usp.br/teses/disponiveis/27/27151/tde-07022014-154238/pt-br.php

Perrotti, Edmir. Sobre Informação e Protagonismo Cultural. Conferènce à Universidade Federal da Bahia, Salvador, Brésil, septembre, 2015.

Perrotti, Edmir, Pieruccini, Ivete. « Infoéducation : ceci n´est pas une pipe. À la recherche d´une troisième rive ». Mediadoc Apden, n° 16, juin 2016, p. 18-21.

Pieruccini, Ivete.  A ordem informacional dialógica : estudo sobre a busca de informação em Educação. 2004. Thèse (Doutorado em Ciências da Comunicação) – Escola de Comunicações e Artes, Universidade de São Paulo, São Paulo, 2004. Disponíble sur : http://www.teses.usp.br/teses/disponiveis/27/27143/tde-14032005-144512/pt-br.php.

Marcos de Passos est doctorant pour le Programme de la Sciencia de l’Information.

Contact : mppassos@usp.br

 

Version PDF du texte de Marcos de Passos

 

 

  1. Ce thème a fait l’objet de mon mémoire de Master (Passos, 2013) []
  2. Ce thème est discuté dans mon mémoire de Master (Passos, 2013) []
  3. L’Information Literacy, l’Alfabetización Informacional et Literacia Informacional, “Competência Informacional” ou “Letramento Informacional”, tendances très hégémonique au Brésil. []
  4. Axé sur les processus de négociations culturelles, dans toutes les dimensions qui intègrent les dispositifs (comme la matérialité et l’immatérialité, ou des aspects techniques et symboliques, ou l’environnement physique, répertoires, ou langages d’ordinateur, pratiques/médiations). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *