17 octobre 2014 : Journée d’étude « La culture numérique : au-delà des discours, un objet d’enseignement ? »

A la rentrée 2014, le GRCDI n’organisera  pas son traditionnel séminaire annuel mais, en partenariat avec les équipes de recherche des ESPE de Rouen et Caen, une journée d’étude publique. Elle aura lieu le 17 octobre prochain, à Rennes, et aura pour thème : « La culture numérique : au-delà des discours, un objet d’enseignement ? »

L’entrée est libre et gratuite, mais l’inscription est obligatoire sur l’application SYGEFOR de l’URFIST de Rennes : http://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/sygefor/journee/

> UPDATE,  22 septembre :
La journée d’étude aura lieu, non plus au Lycée Victor et Hélène Basch, mais  à la Faculté des Sciences économiques, Place Hoche à Rennes, dans le Bâtiment 1, Amphi 1.
Station de métro : Place Sainte-Anne, et gagner ensuite la Place Hoche (voir sur le plan d’accès)

 

Présentation de la thématique

La « culture numérique » est devenue un terme générique englobant toutes les cultures et pratiques liés aux réseaux d’internet. Elle désigne à la fois les « changements culturels produits par les développements et la diffusion des technologies numériques » (Wikipedia), les interactions et les pratiques des utilisateurs avec les objets numériques, les compétences nécessaires à ces interactions, les productions culturelles ou les nouvelles valeurs issues du numérique, ou encore l’impact de celui-ci sur différents secteurs. Ce mot-valise s’est imposé dans le débat public alors même que sa définition est loin d’être stabilisée, que la notion reste problématique et ses contours indéfinissables. Souvent utilisée de manière globalisante, la culture numérique semble recouvrir toutes les autres cultures de l’information, qui en perdent leur singularité : la culture de l’information, la culture informatique (avec laquelle elle est souvent confondue), la culture des médias, des images, etc. Comment s’y retrouver dans ce foisonnement et cette confusion ?
Mais derrière les questions de définition, la culture numérique est porteuse d’enjeux éducatifs cruciaux : de quelles compétences, de quels savoirs « numériques » auront besoin les futurs professionnels de la société en réseaux ? Il faut donc aller au-delà des discours et des slogans « émerveillés », qui peuvent parfois brouiller la compréhension des enjeux réels, et tenter d’identifier ces savoirs, ces compétences spécifiques.

Cette journée d’étude, organisée par le GRCDI et les équipes de recherche en Documentation des ESPE de Rouen et de Caen, se propose de revenir sur la notion même de « culture numérique » et de l’éclairer notamment sous trois angles :

– la dimension épistémologique et définitionnelle : quelle(s) définition(s), scientifiquement fondées, argumentées, peut-on donner de la culture numérique ? Que recouvre-t-elle vraiment ? Quels sont ses fondements épistémologiques ?

– les enjeux éducatifs, de formation : la question des compétences numériques, de la formation des élèves et des étudiants… ;

– les enjeux didactiques : la culture numérique est-elle porteuse de savoirs, de notions, de contenus enseignables spécifiques, et notamment distincts de ceux de l’informatique, des médias ou de l’information-documentation ?

 

PROGRAMME  DE LA JOURNEE

 Matinée : 9 h30 – 12 h 30 

  • 9 h : accueil des participants
  • 9 h 30 – 10 h : ouverture et présentation de la journée par Eric Delamotte (Université de Rouen) et Alexandre Serres (URFIST de Rennes) ; présentation des intervenants par Florence Thiault (Université de Lille 3)
  • 10 h – 11 h 15 : Eric Guichard (Enssib) : « Culture de l’écrit, culture numérique »

o   Résumé : On présente souvent la culture numérique comme un fait teinté de positivité : elle serait une évidence, le propre des geeks, des hackers ou des artistes. Comment articuler cette culture, dont on sous-entend qu’elle serait spécifique, technique mais pas seulement, avec les autres définitions de la culture, par exemple sociologiques ou anthropologiques ? Il semble que le dénominateur commun à toutes ces cultures soit la notion de « culture de l’écrit », développée par Jack Goody et David Olson. Je montrerai l’efficacité de cette approche, qui permet de relier culture technique et culture érudite, mais aussi maîtrise de l’écriture et capital culturel : la culture, aujourd’hui « numérique » (c’est-à-dire propre à l’écriture binaire et en réseau), intervient comme hier dans les relations de domination : entre individus, groupes sociaux et aussi entre champs intellectuels. Au point que les sciences sociales sont aujourd’hui particulièrement désemparées face à cette forme d’écriture qu’elles maîtrisent peu, voire menacées par des disciplines a priori techniques, fort à l’aise avec cette écriture.

o   Présentation : Eric Guichard est Maître de conférences HDR à l’Enssib, (Département des études et de la recherche), responsable de l’équipe de recherche « Réseaux, Savoirs & Territoires » (à l’ENS-Ulm), Directeur de programme au Collège International de Philosophie (CIPh, depuis 2010). Ses travaux portent sur l’histoire et l’anthropologie de l’écriture, les technologies de l’intellect, les littératies numériques, la philosophie de l’internet et de la technique, les usages et discours de l’internet, les représentations profanes et savantes sur la technique, l’édition savante en ligne, la cartographie des territoires numériques, l’épistémologies des sciences sociales.

o   Dernières publications :

      • Guichard, Eric. (2014). « L’internet et les épistémologies des SHS », Revue Sciences / Lettres, n° 2 (« Les épistémologies des sciences humaines et sociales et l’internet », dir. É. Guichard et Th. Poibeau) : http://rsl.revues.org/389.
      • Guichard, Éric (2012) (dir.), Écritures : sur les traces de Jack Goody, Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2012.
      • Guichard, Éric (2012). « Les réseaux sociaux : un regard critique », actes du colloque Modèles et apprentissages en Sciences Humaines et Sociales (MASHS), Marseille, 23-24 juin 2011. Revue RNTI.
      • Guichard, Éric (2012). « L’internet et l’informatique comme révélateurs de la technicité de la pensée », in Formes, systèmes et milieux techniques. Après Simondon (Dir. D. Parrochia et V. Tirloni), éd. Jacques André, Lyon (pp. 125–140).
      • Guichard, Éric (2011) (dir.), Regards croisés sur l’internet, Villeurbanne : Presses de l’enssib, 2011.
  • 11 h 15 – 12 h 30 : Hervé Le Crosnier (Université de Caen) : « La culture numérique au-delà des usages informationnels »

o Résumé : Avec les ruptures technologiques permanentes qui animent le monde du réseau et des applications, chacun d’entre-nous peut rapidement devenir un illettré du numérique. Quel ensemble de connaissances transférables peuvent permettre de construire une littératie numérique, qui aide à comprendre les enjeux et suivre les évolutions des technologies de l’information et de la communication ? Comment intégrer un regard économique, politique, social et culturel sur les techniques numériques pour aider à développer une citoyenneté du XXIe siècle ? La culture numérique est un des éléments qui permettent de passer des savoir-faire aux connaissances, des usages aux enjeux et relations qui se tissent sur les réseaux à l’échelle mondiale. Comment développer cette littératie numérique à l’école ?

Présentation : Hervé Le Crosnier est maître de conférences HDR à l’Université de Caen Basse-Normandie. Ses enseignements portent sur les technologies de l’internet et la culture numérique. Les cours de culture numérique délivrés en amphi en 2012 ont été filmés par le Centre d’Enseignement Multimédia de l’Université et rendus disponibles comme ressources éducatives libres (http://bit.ly/1kJernJ). Ses recherches au sein du département d’informatique portent sur la création du framework Sydonie pour les documents composites sur internet, et l’exploitation des métadonnées pour les documents multimédias (http://sydonie.net). Ses travaux portent également sur l’impact de l’internet sur l’organisation sociale et culturelle, et l’extension du domaine des biens communs de la connaissance. Hervé Le Crosnier est également membre associé de l’ISCC (Institut des Sciences de la Communication du CNRS). Il est éditeur multimédia chez C&F éditions (http://cfeditions.com), maison d’édition spécialisée sur les questions de culture numérique, de la société de l’information et des biens communs. Dernier ouvrage paru :  Culturenum : jeunesse, culture & éducation dans la vague numérique. 208 p.,  septembre 2013.

o   Dernières publications :

    • Le Crosnier, Hervé, Dulong de Rosnay, Mélanie (2013). La propriété intellectuelle : géopolitique et mondialisation. Paris : CNRS, 2013 (Les Essentiels d’Hermès).
    • Le Crosnier, Hervé, Schafer, Valérie (2012). La neutralité de l’internet : une question de communication. Paris : CNRS, 2012 (Les Essentiels d’Hermès)
    • Le Crosnier, Hervé, (dir.) Réseau Maaya, Vannini, L.. (2012). Net.lang. Réussir le cyberespace multilingue. Caen : C&F éditions, 2012.
    • Le Crosnier, Hervé (2010). Internet : la révolution des savoirs. [dossier documentaire], La Documentation Française, collection « Problèmes politiques et sociaux », no 978, 120 p.

 

Après-midi : 14 h – 16 h 30 

  •  14 h – 15 h : Jean-Louis Charbonnier, Formateur honoraire, IUFM des Pays de la Loire : « Culture, savoirs et apprentissages « numériques » »

o   Résumé : Le « numérique » n’est-il que l’écume médiatique de la modernité, voire de la « post »-modernité, comme le furent en leur temps, certaines expressions emphatiques (« cyber- «, « hyper-« ) ou bien veut-on lui conférer un sens qui le rende utile à la réflexion, aux débats scientifiques et à l’avancée d’une praxéologie robuste au service de l’éducation des nouvelles générations ? Si le combat pour la culture mérite toujours d’être mené afin de développer des pratiques culturelles riches et diversifiées dans la lignée des « littératies », il convient d’en apprécier la portée. Cela exige une réflexion sur les sens qu’il faut donner au concept de culture, débarrasser le terme « numérique » de son embonpoint sémantique pour le rapporter au noyau réellement significatif.  Cela rend indispensable aussi de penser les relations que devraient entretenir les pratiques culturelles relatives aux médias concernés par le numérique et les programmes d’enseignement dans leur définition curriculaire. En effet, si ces pratiques culturelles sont reconnues avec tant d’intérêt, si elles appartiennent donc aux « trivialités » au sens où Yves Jeanneret les pense, alors il est de la plus haute importance de les inclure explicitement parmi les objets d’apprentissage pris en charge par l’appareil de formation scolaire.

o Présentation : Jean-Louis Charbonnier, professeur honoraire, était jusqu’en 2005 professeur certifié de documentation à l’Institut universitaire de formation des maîtres de l’Académie de Nantes où il avait créé la filière CAPES de documentation lors de la création de celui-ci en 1991. Auparavant, il a été responsable du Centre de ressources documentaires de l’École normale nationale d’apprentissage de Nantes, l’un des six établissements qui étaient en charge, jusqu’à leur fusion dans les IUFM, de la formation des Professeurs des lycées professionnels. À ce titre il avait eu la responsabilité de préparer les futurs enseignants des L.P. à leur rôle dans l’acquisition par les élèves des pratiques de lecture et de documentation indispensables à leur succès scolaire et professionnel. Il a, simultanément été responsable national chargé des questions de la documentation dans le second degré par le SNES (Syndicat national des enseignements de second degré). C’est dans ce contexte qu’il a participé à la création du CAPES de documentation, à la fin des années 80.

o Dernières publications :

      • Charbonnier, Jean-Louis (2010). « Le rôle des associations professionnelles ». In F. Chapron & E. Delamotte (Dir.). Education à la culture informationnelle. Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, 2010
      • Charbonnier, Jean-Louis (2009). « Vous avez dit culture numérique ? », revue Échanger, Académie de Nantes, n˚ 87, avril 2009.
      • Charbonnier, Jean-Louis (2009). « Les savoirs en information-documentation : recherches, développement actuel et perspectives d’acquisitions scolaires. Animation de la table ronde. » In FADBEN (Fédération des Associations de Documentalistes Bibliothécaires de l’Education Nationale). Culture de l’information : des pratiques… aux savoirs. Congrès national (8ème : 2008 : Lyon). Paris : Nathan, FADBEN, 2009. pp. 87-88.
      • Charbonnier, Jean-Louis (2004). «Entre action et savoir pédagogique : ce que disent les répertoires lexicaux utilisés par les professeurs stagiaires dans la (re)présentation de leur mémoire professionnel». In Rapport de recherche, INRP. Paris : INRP. 2004.
      • Charbonnier, Jean-Louis (1997).  « Les ‘Apprentissages documentaires’ et la didactisation des sciences de l’information ”. In Spirale, revue de recherches en éducation, janvier 1997, n° 17.
  • 15 h – 16 h 30 : table ronde avec Eric Guichard, Hervé Le Crosnier, Jean-Louis Charbonnier, Eric Delamotte, animée par Elisabeth Schneider (ESPE de Caen) et Alexandre Serres (URFIST de Rennes)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *