Séminaire 2009 du GRCDI

Pour la troisième année consécutive, le GRCDI a organisé le 11 septembre dernier son séminaire annuel, qui a regroupé 24 personnes.

Le premier séminaire de 2007, interne au groupe et intitulé « Culture et didactique de l’information : de quoi parlons-nous », portait sur la définition de notre terrain ; il fallait tenter de définir, de délimiter, de baliser à la fois la didactique et la culture de l’information. En quelque sorte, il s’agissait d’un « séminaire des fondations » et des balisages. La deuxième édition, en 2008, pouvait s’appeler le « séminaire des ouvertures » : ouverture aux intervenants extérieurs (Olivier Ertzscheid et Muriel Frisch), à des thématiques plus ou moins proches (la redocumentarisation, l’indexation des images, la pensée de Stiegler, la question de la technique et la culture informationnelle), à d’autres approches de la didactique de l’information et ouverture enfin au public, puisque plusieurs collègues avaient été invités.

En 2009, la troisième édition de notre séminaire pourrait être placée sous le signe de l’approfondissement et de la construction d’une double problématique :
–         d’une part, l’approfondissement d’une question, que nous avions été parmi les premiers à poser, à savoir la « question des territoires » de la culture informationnelle, de la convergence entre ces trois cultures voisines que sont l’information-documentation, l’informatique et les médias ;
–         d’autre part l’approfondissement d’une autre problématique, d’un autre chantier qui tient le GRCDI particulièrement à cœur, celui de la construction du curriculum documentaire.

La problématique générale de la matinée, intitulée « Information, informatique, médias : quelles convergences ? », s’inscrit dans un processus plus large de réflexion, dont il faut retracer brièvement les étapes. Lors du premier séminaire du GRCDI de 2007, nous avions tenté de poser cette question territoriale en procédant à un premier travail de comparaison entre les trois cultures et « éducations à » : EAI, EAM, EATIC, autrement dit information-documentation, éducation aux médias, éducation ou formation aux TIC.  Plusieurs entrées (épistémologique, didactique, disciplinaire…) avaient été pointées, différents points de convergence et de divergence avaient alors été repérés. Cette « question territoriale » a fait son chemin depuis, puisqu’elle a fait l’objet d’une table ronde lors du Colloque international de l’ERTé, à Lille, puis d’une partie de la journée d’étude interne de l’ERTé, le 15 mai 2009. Notons également que cette question des relations entre cultures informationnelle, numérique et médiatique traverse la majorité des textes qui composent le numéro 3 de la revue Les Cahiers du numérique, « Penser la culture informationnelle », qui vient de sortir chez Hermès.  Selon nous, il s’agit bien là d’une question en devenir, d’un thème de recherche, abordé par des acteurs et des chercheurs de plus en plus nombreux, peut-être demain d’un nouveau champ de recherche.

Les questions qui se posent, à travers cette problématique, sont à la fois nombreuses et complexes : elles touchent autant à la définition de chacune de  ces cultures (en bref, les cultures numérique, informatique, médiatique, informationnelle ou de l’information-documentation, communicationnelle), à leur délimitation (que recouvre exactement la culture numérique ? ) et à leurs articulations, leurs relations respectives (par exemple, quelle différence entre culture numérique et culture informatique ? est-ce que la  culture des médias, ou la culture médiatique, englobe ou fait partie de celle de l’information ? etc.). Pour qualifier ces relations, on pourrait sans doute relever quatre sortes de relations possibles, selon différentes approches :

–         des relations de contiguïté, de simple proximité, entre des cultures nettement distinctes par leur contenu, leur objet, leur finalité, mais proches par les usages qu’elles suscitent, sous l’effet de la numérisation généralisée ;

–         des relations de type « associatives », en réseau, marquées par une forte interconnexion, une imbrication telle qu’il serait difficile, voire impossible, de les démêler ; culture des médias et culture informationnelle, par exemple, seraient totalement imbriquées, voire confondues ;

–         des relations partitives, hiérarchiques, arborescentes : telle culture faisant partie de telle autre (avec, sur ce point, des appréciations forcément contradictoires sur les ordres de préséance) ;

–         ou encore des relations d’opposition, d’antagonisme, entre des cultures foncièrement différentes… La culture informatique par exemple étant radicalement différente de celle des médias.

Cette question n’est pas seulement théorique, comme le montre le récent  texte de recommandation de la Commission Européenne, du 20 août dernier, sur l’éducation aux médias. On y lit notamment, au point 13 : « L’éducation aux médias englobe tous les médias. Elle vise à sensibiliser davantage les gens aux diverses formes que peuvent prendre les messages médiatiques dans leur vie quotidienne. Par messages médiatiques, on  entend les programmes, films, images, textes, sons et sites internet qui sont fournis par divers moyens de communication. ». Ce texte, très important par son statut, englobe ainsi dans l’éducation aux médias différents aspects, souvent considérés comme relevant soit de la formation aux TIC, comme par exemple « la façon dont fonctionnent les moteurs de recherche et la façon de mieux les utiliser » ou la question des données personnelles, soit de la formation à l’information, comme par exemple le respect du droit d’auteur, etc. Ainsi, pour la Commission Européenne, c’est visiblement l’éducation aux médias qui devient le terme et la culture génériques, recouvrant toutes les autres. Rappelons qu’aux Etats-Unis, cette question d’une compétence, d’une culture commune englobant la pratique des outils informatiques, des médias, de la documentation et de la communication est posée sous le nom de « transliteracy ».

Ainsi la question des convergences et des divergences entre les trois cultures est-elle loin d’être tranchée et la matinée du séminaire du GRCDI a permis de faire avancer la réflexion, autour des interventions, passionnantes et stimulantes,  d’Eric Bruillard, Professeur des universités en Informatique à l’ENS Cachan, sur « Culture informationnelle et informatique », et d’Odile Chenevez, formatrice au CLEMI et à l’IUFM d’Aix-Marseille, sur « Didactique des médias et démarche d’enquête ».


Selon notre répartition désormais rituelle, l’après-midi du séminaire portait sur l’autre axe du GRCDI : la didactique de l’information. Elle était organisée autour de la question « Quelle didactique pour quel curriculum ? ». Le « terrain curriculaire » a d’abord été déblayé par Pascal Duplessis, dont l’intervention très riche a permis de mettre à plat toutes les composantes d’un curriculum et de dessiner toutes les entrées possibles dans ce vaste chantier : « Quelle entrée dans le curriculum de l’Information-documentation ? Le point de vue de trois acteurs : l’institution, la profession, la recherche ».

Puis Agnès Montaigne, dans une intervention également très dense, a approfondi la réflexion sur la question de la progression des apprentissages, à partir d’une expérience de graduation des apprentissages autour d’une notion précise : « Gradation, progression des apprentissages : quelques questions dans une perspective curriculaire autour de l’exemple du document technique  ».

Au total, ce séminaire 2009, dont il faut souligner la qualité et la richesse des débats, sera sûrement un très bon cru ! Les textes et support Ppt sont disponibles ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *